Tags

Related Posts

Share This

Chirurgie esthétique des oreilles

En cette semaine inaugurale, une petite compil très « black », sans doute parce que j’étais en train de lire Sweet Soul Music .

Tracklist :

  1. Kid Koala – Skanky Panky
  2. Awol One and Daddy Kev – Dumb Fuckin’ Idiot
  3. Isaac Hayes – Chocolate Salty Balls
  4. PeanutbutterWolf and Charisma – Soon to be large
  5. Ann Winley – Watchdog
  6. 2Mex – Grandmother Moon (feat. Xololanxido)
  7. Solomon Burke – The Price
  8. DJ Danger Mouse – Justify My Thug
  9. Marcia Griffith – The First Time I Ever Saw You
  10. Michaël Franti and Spearhead – Stay Human
  11. Pucho and The Latin Soul Brothers – Hot Barbecue
  12. Micranots – Steel Tov vs The Rookie (feat. Slug)
  13. Sam Cooke – You Were Made For Me
  14. The Temptations – Ball of Confusion
  15. Steel Pulse – Can’t Stand Loosing You
  16. Chops – Comin’ from the Lower Level (feat. Talib Kweli, Rass Kass)
  17. Nick Drake – River Man

En démarrage, le Skanky Panky de Kid Koala permettra de convaincre vos amis qu’un scratch peut être aussi émouvant qu’une chanson de Bessie Smith. Si ça vous plaît (enfin si vous avez des oreilles), écoutez aussi le morceau basin street blues, et regardez le le clip , animation réalisée par l’artiste.

On enchaîne avec un morceau de hip-hop très mélodique. Les instrus sont de Daddy Kev, figure de la scène hip-hop underground west-coast, et c’est toujours bon, frais, et inattendu. Se pose délicatement dessus la voix rentrée de Awol One, hyper expressive et un peu flippante,

Pour se détendre, on s’en remet aux boules chocolat d’Isaac Hayes : imparable dans South Park, imparable en soirée aussi.

RIP Charisma : le jeune rappeur prodige est mort quelques années après, d’une maladie incurable. Sur cette prod du loupaubeurredecacahouète (le pseudo le plus absurde de toute l’histoire du hip-hop, pourtant la concurrence est rude), pilier du label StoneThrow avec Madlib, écoutez l’énergie de l’homme qui va mourir, et mesurez l’étendue de la perte.

Sur Ann Winley, franchement je ne sais pas grand-chose, sinon qu’elle en a marre qu’on lui colle aux basques et qu’elle aimerait bien être une fille indépendante (un peu comme une fille des cités aujourd’hui…). Je l’avais découverte en écoutant Etherbeat (ex boombasticradio). Discogs nous dit juste qu’elle à fait partie du Harlem Underground Band. En tout cas elle chante super bien. Si vous en savez plus…

2Mex est un rappeur qui fait partie du crew qui gravite autour de DaddyKev. Donc du rap soigné, mélodique, émouvant. Des fois on aimerait bien que l’underground remplace le mainstream.

Ensuite vient le roi Solomon… Ah, Solomon… On fera forcément un long article sur Solomon un jour sur ce blog, obligé. Figure de la scène soul depuis les années 1960, entrepreneur de pompes funèbres et entrepreneur de plein d’autres choses aussi, pasteur fondateur de sa propre Eglise, 120 kilos recouverts à l’occasion d’un manteau léopard… Peter Guralnik (lien) lui consacre un chapitre magnifique dans Sweet Soul Music. Vous connaissez forcément un morceau : ça s’appelle Cry et c’était sur la BO de Dirty Dancing que vous ou votre petite sœur avez écouté en boucle il y a quelques années. Mesdames et messieurs écoutez The Price (aussi un morceau des sixties) religieusement s’il vous plaît, admirez les passages des aigus aux graves, de l’énervement au calme, messieurs dames admirez Solomon.

Danger Mouse, maintenant il est très connu, parce qu’il a produit le deuxième album de Gorillaz et surtout Gnarls Barkley (i think i’m cra-a-zy… yes i think i’m cra-a-a-zy…). Le morceau qu’il y a là, c’est un de l’album par lequel il est devenu connu, selon une équation lumineuse : Black album de Jay-Z + White Album des Beatles = Grey Album de Danger Mouse. Comme ça ça a l’air con, juste un mash-up absurde de plus, mais en vrai c’est génial. Notamment parce que, sur ce morceau par exemple, au lieu de coller les chants et les guitares des Beatles sur les beats de Jay-Z, il a fait les instrus avec des bouts de guitares des Beatles, et la ligne directrice du chant avec Jay-Z (et il a rajouté plein de trucs aussi).

Le reggae, quand c’est bien fait bien chanté comme par Marcia Griffith, c’est assez émouvant quand même. Très recommandé le dimanche matin, fermez les yeux et imaginez qui vous voulez en train de vous raconter son coup de foudre pour vous.

Pour les autres matins de la semaine en revanche, rien de tel que Michaël Franti qui vous explique que la vie c’est pas si mal à condition d’y croire, et que chaque fleur à le droit d’éclore. On entend qu’il sourit quand il chante. Je l’ai vu à Rock en Seine il y a deux ans, et je vous confirme qu’il est comme il chante.

(test : écoute la compil le matin ; tu verras que – même si c’est pas forcément le plus subtil – c’est ce morceau là qui te restera dans la tête).

J’y connais rien en musique latino, mais quand on voit passer un morceau dont le titre c’est Pucho and his Latin Soul Brother – Hot Barbecue, on est obligé de s’arrêter. Et ça vaut le coup, on rigole bien.

Les Micranots, c’est encore de l’underground californien, du hip-hop ludique et imprévisible, une histoire d’orteils en acier…

Ensuite, un peu de logique. En l’occurrence, la logique amoureuse vue par Sam Cooke : le bateau il va sur l’eau, le poisson il va dans la mer, donc toi tu vas avec moi. Avec sa voix, même un plan drague aussi foireux ça marchait à tous les coups. RIP (il est mort à 33 ans… la classe jusqu’au bout).

Les Temptations, eux, ont duré beaucoup plus longtemps. Ils n’ont pas fait que se plaindre de papas vagabonds pendants des morceaux interminables (papa was a rolling stone) ou s’extasier vocalement devant leur copine (my girl… dreaming about my-y girl…). Ils ont aussi fait des morceaux un peu vénère comme ce ball of confusion, présents sur tous les best of à trois euros chez le soldeur, mais injustement ignorés.

Bon, Steel Pulse qui reprend Police, c’est rigolo.

Chops, c’est un producteur de rap mélodique et jazzy de Philadelphie ; il accueille sur ce morceau deux de ses potes du coin, Talib Kweli et RassKass.

Pour finir, ordre et beauté, luxe, calme et volupté. Vous connaissez sans doute déjà l’homme de la rivière de Nick Drake. Vous avez de toutes façons l’impression de déjà le connaître, tellement le morceau est limpide. Bonne écoute à tous.

compilation de JSB
chirurgie esthétique des oreilles_front