Tags

Related Posts

Share This

Un peu de musique de ci de la…

Ah quel honneur d’être invité par Chamayouhou pour cette compil de début d’hiver ! Mais aussi quelle pression tant les opus précédents sont riches !

Pour commencer, vite et bien :

Changement – Joachim Kühn, Daniel Humair, Jean-François Jenny-Clark

Un concert au théâtre de la ville en 1989, qui démarre avec une rare intensité sur ce « changement ». En 45 secondes, je pense que toute la salle était déjà conquise sur ce premier morceau. Trois grands musiciens qui jouent en harmonie, un style libre mais pas impénétrable, une émotion intacte.

Maria-Maria – Ali Hassan Kuban

« Cette chanson est dédiée à Maria Pastore et à toutes les Maria du monde… ».Un concert d’Ali Hassan Kuban, c’est plus d’une douzaine de personnes sur scène, avec danseurs, percussions, choristes et cuivres, une présence fabuleuse. Je l’ai découvert, par hasard, au festival de jazz de Montréal. Un grand moment d’allégresse.

Kids return – Joe Hisashi

La musique de Joe Hisashi doit être relativement familière aux auditeurs des compilfights. Il est le compositeur de nombreuses musiques de films qui ont bien trouvé leur public en Europe, avec pour réalisateurs (« Beat » Takeshi) Kitano et Hayao Miyazaki entre autres. « Kids return » est sur la BO du film éponyme, cette musique est une très belle scène où les deux personnages principaux (un apprenti boxeur et un apprenti yakuza) se poursuivent l’un en vélo, l’autre courant sur deux niveaux, dans des paysages que je connais très bien maintenant.

Horse town in vain – Kid Loco

A nouveau des images collées à cette musique, qui était sur la bande annonce d’un festival dédié à Jonas Mekas il y a quelques ans à Paris. Intrigué, j’avais contacté le service de presse, qui m ‘en avait donné le titre et l’auteur. Encore aujourd’hui, un morceau que j’écoute avec grand plaisir.

One night Carnival – Kishidan

Plutôt pour l’anecdote, je voulais caser cette bande d’énergumènes sur ma compil. Kishidan est un groupe de rock japonais. Si vous cherchez à quoi ils ressemblent, c’est un peu comme si les Forbans avaient piqué les tenues de soirée (pas de combat) de Bioman pour leur concert.

Non, vous ne rêvez pas, ils disent bien « can you, master baby? ».

Days of Tequila – Tokyo Ska Paradise Orchestra

Le Ska est toujours vivant partout dans le monde, avec quand même un peu moins de réussite que le Kebab. La production de ce groupe vaut bien une oreille pour démarrer une matinée de bonne humeur.

Mahmoud Ahmed – Embwa bélèw

L’Elvis Presley d’Addis Abeba selon certains chroniqueurs, qui a démarré sa carrière dans les années 70, une période dorée de la musique Ethiopienne. Mahmoud Ahmed est un grand musicien toujours actif. Il semble avoir fait pas mal de concert en France récemment, s’il passe par chez vous, surtout ne le ratez pas. Il était en concert sur l’île du Frioul en juillet 2007. Dites moi que vous y étiez vous. Ce serait tellement beau!

Heroes (Roni Size) Bossa nova remix par Kruder

L’original et le remix tout à fait réussis, chacun dans leur propre style.

Porz Guerz – Didier Squiban

Didier Squiban est un pianiste breton qui a publié une trilogie très réussie en piano solo, dont ce morceau constitue la constitue la conclusion. Il s’est ensuite balladé un peu partout en Bretagne pour jouer sa musique, jusqu’à certaines petites églises où le piano pouvait à peine rentrer, et rendre sa musique aux lieux et au gens qui l’ont inspirée.

Police on my back – The Clash

Du Clash pur jus en 3’17 », Je me souviens avoir enregistré ce morceau avec mon radio cassette mono dans l’émission de l’inoxydable Bernard Lenoir quand j’étais au collège, pour l’écouter des dizaines de fois ensuite jusqu’à usure de la bande… Je n’ai remis la main dessus qu’assez récemment, pour constater que l’énergie est d’ailleurs toujours là.

Overland blues – Les frères Yoshida

Les frères Yoshida ont contribué à une modernisation du Shamisen (un instrument traditionnel japonais à trois cordes) que l’on peut entendre après l’introduction de ce morceau de blues. Un peu moins en vogue ces derniers temps ici, leur musique mérite toujours un détour. Une bonne introduction au morceau suivant…

Quicksilver Daydreams of Maria – Townes Van Zandt

Sans aucun doute une des Marias à qui Ali Hassan Kuban dédiait sa chanson. Townes Van Zandt est une découverte que j’ai faite avec Chamayouhou par l’intermédiaire desTindersticks qui ont fait une très belle reprise de « Kathleen » au début de leur carrière. Choisir une chanson de Townes Van Zandt à mettre sur une compil, est presque aussi difficile que choisir un titre de Johnny Cash.

Changing Century – Ryuichi Sakamoto (Rhodes version)

Un autre interprête japonais qui a proposé des variations sur un même thème, ici à l’orgue Rhodes. Apaisant avant de repartir…

Mote – Sonic Youth

Sur l’album Goo, toujours si efficace.

Paint it black – Pascal Comelade

« il n’y a pas de quoi en faire un drame Mick! Arrête de peindre tout en noir et viens plutôt boire un coup de Maury ». C’est un peu ce que pourrait dire l’indispensable Pascal Comelade avec sa version fanfare et joyeuse du classique des Rolling Stones. Sur « Musiques pour films, vol. 2 ». Il est d’ailleurs assez difficile de trouver ses disques, celui-la c’était chez un disquaire de Shimokitazawa, le même où j’avais trouvé l’intégrale de Townes d’ailleurs.

How can I tell that I love you – Papa M

Dans leurs activités annexes, les Sonic Youth font le plus souvent beaucoup mieux que des pub pour Gap, en invitant des musiciens de tous horizons pour des « All tomorrow’s parties », dont ce Papa M dont je n’avais jamais entendu parler auparavant.

Lonely fire – Miles Davis (the complete bitches brew session)

Comme j’ai mis un morceau des Clash de 3’17, j’ai bien le droite de placer un chef d’oeuvre de Miles Davis qui se développe sur 21 minutes. Issus de sa période extrèmement prolifique du tournant des années 70.

Mata ne…