Tags

Related Posts

Share This

Bonnes résolutions

La naissance de l’homme nouveau vue par un moustachu

Au cas où vous sécheriez un peu pour vos bonnes résolutions 2008, je vous propose de partager les miennes.

1 – The Mighty Continentals – Sticky Sticky Sock-a-Poo
2 – Bruce Springsteen – Thunder Road
3 – Sly Stone – You Really Got Me
4 – The Ramones – Spiderman Theme
5 – Wilson Pickett – You Keep me hanging on
6 – The Mohawks – The Champ
7 – Serge Gainsbourg – Intoxicated Man
8 – Ray Charles and Johnny Cash- Crazy Old Soldier
9 – The Meat Puppets – Plateau
10 – Jorge Ben – Cuidado com o Bulldog
11 – Gil Scott Heron – A Sign of the Ages
12 – Jurassic 5 – Swing Set
13 – Busdriver – Imaginary Places
14 – Kurtis Mantronik – Mad
15 – Prince – Joint to Joint
16 – DGP – Ride
17 – Squarepusher – I Fulcrum
Bonus Track: Isaac Hayes – Ain’t no sunshine when she’s gone

Améliorer mon anglais
Bon, je sais, c’est nul comme bonne résolution. Mais ça permettrait de traduire un texte aussi profond et génial que Sticky Sticky Sock-a-Poo des Mighty Continentals (d’ailleurs, si vous avez des suggestions…). Certes, le morceau claque tellement qu’il peut se passer de sens profond. En revanche, le texte du bon vieux Thunder Road de Bruce Springsteen mérite un peu d’attention : le petit blanc de banlieue qui se pointe dans sa caisse pourrie, devant la porte de Mary, et pour la convaincre de monter, il lui dit :
« Don’t run back inside, darling you know just what I’m here for
So you’re scared en and you’re thinking, maybe we ain’t that young anymore
show a little faith, there’s some magic in the night
you ain’t a beauty but hey you’re alright, oh and that’s alright with me ».

La super super classe. Une petite larme pour commencer l’année.

Arrêter de mettre des reprises stupides dans mes compils.
Sauf, bien sûr, s’il s’agit de ré-interprétations aussi géniales que celle du standard des Kinks par Monsieur Sly Stone. Ou de la lecture très subtile d’un canon de la culture populaire par les Ramones. Ou de la version de Wilson Picket, ultra-soul et solennelle, du Keep me Hanging On initialement chanté par les Supremes, qui aurait du écraser dans l’histoire de la musique la racoleuse version de Kim Wilde. En fait, je pense que je vais pas arrêter du tout les reprises.

Arrêter d’arrêter l’alcool (et l’orgue Hammond)
L’orgue Hammond, c’est un peu comme l’alcool : au bout d’un moment, on a l’impression d’en avoir abusé, on se dit que maintenant faut arrêter de se laisser aller à des plaisirs faciles, qu’on pourrait s’amuser sans. Hé bien c’est faux, on pourrait pas. On ne peut pas par exemple se passer des Mohawks et de l’ultra-samplé The Champ. En 2008 donc, orgue Hammond et Alcool a satiété. Gainsbourg, comme à son habitude, combine habilement les deux vices. Parce que bon, regardons les choses en face : sans un minimum de stimulants, on aurait vraiment des vies de chien. Si vous n’êtes pas convaincus, écoutez bien les paroles du duo Johnny Cash et Ray Charles : avec leurs voix d’hommes apaisés et revenus de tout, ils nous rejouent le combat de l’homme contre sa bouteille ; mais franchement, est-ce qu’ils ont l’air de regretter ?

Se concentrer sur des plaisirs simples
Comme boire des coups, danser, courir derrière un ballon, marcher dans la rue, regarder les gens, et… chanter, même faux. Ecouter les Meat Puppets, ça rappelle qu’on s’en fout de chanter faux, on peut quand même faire des chansons super comme Plateau (reprise par Nirvana dans l’album unplugged). Donc en 2008, je chanterai, ne vous déplaise. Et je chercherai l’inspiration chez Jorge Ben, parce qu’il a vraiment l’air de s’amuser.

Faire un truc pour changer le monde, de la politique, de l’humanitaire, de la religion, enfin un truc
C’est parce que des millions de gens comme moi, tous les ans, réinscrivent sans vraiment y croire cette bonne résolution sur leur liste, que ça ne s’est pas franchement amélioré depuis que Gil Scott Heron composait ses poèmes politiques. Sinon cette chanson est vraiment magnifique.

Accomplir un truc impressionnant
Vous savez, les trucs qu’on met dans les listes de trucs à faire quand on a 20 ou 30 ans : le tour du monde, le parachute, le roman qu’on n’écrira jamais, visiter la Tanzanie ou le Groenland, toutes ces choses qui mangent pas de pain et qui permettent de sauver la face. Dans les trucs impressionnants, on peut aussi devenir le rappeur le plus rapide du monde, comme Busdriver (et sur un thème de Mozart, tant qu’à se la péter). Ou réussir un mixe génialissime à partir de très vieux thèmes de jazz (et de 78 tours), comme Cut Chemist et J5. Ou encore, tout simplement, progresser dans la quête du beat ultime, celui auquel personne ne peut résister. Kurtis Mantronik n’en est pas très loin.

Faire du sexe (plein)
Ok, c’est pas vraiment une bonne résolution. En tous cas, vous pouvez la jouer smooth et sensuel, comme Prince (et avoir toute la journée dans la tête le « sex me » interrogatif de la choriste) ; ou plus direct et hardcore, à la manière Detroit Grand Pubahs qui vous proposent une chevauchée avec un beat qu’il est difficile de refuser.

Essayer des trucs nouveaux
Comme le bouddhisme, la poterie, le bondage, les escargots aux truffes ; ou encore, écouter un album de Squarepusher en entier. Ça doit quand même être faisable ; quand on écoute juste un morceau, comme I Fulcrum, c’est plutôt fascinant.

Se bouger le cul pour aller à plein de concerts.
Parce que pendant un concert (ici Isaac Hayes live at the Sahara Tahoe), il peut se passer des trucs incroyables. Par exemple, 1 minute de performance vocale et de cabotinage inouïs, conclus par un magnifique « chtooing » de guitare.

Allez, la bonne année. Et la santé surtout.

 

Chope moi