Tags

Related Posts

Share This

Matt summer five. En retard°°°°

Matt summer five.

puisque c’était le temps des vacances, le temps des copains et de l’aventure, je vous avais concocté, pour vous en exclu pour la compilfight, LA playlist d’un dance floor de fin de barbecue, un dance floor de bords d’une piscine, un dancefloor beau et chaud où les filles alanguies vous ravissent le coeur, où les jeunes gens hâlés s’ébrouent sans stress mais avec véhémence. Une vraie playlist de l’été.

Introduction :
Vous sortez discrètement de table et vous allez poser votre galette dans le mange-disque. Vous ne manquerez pas de monter subrepticement et conséquemment le onsse. Vos amis tendent l’oreille et se rendent compte que ce n’est plus Nostalgie en boucle sur la radio. C’est Summertime – Booker T and the Mg’s : voici un summertime que j’aime par dessus tout. Parce que les MG’s

Echauffement.
Can’t take my eyes off you – Shirley Bassey : Très logiquement, la grande Shirley vient mettre le bout de son nez dans ce florilège de l’été avec un toum doudoum bien gras, surprenant et très ensoleillé. Les pieds commencent doucement à bouger et le bassin à onduler.

Dear catastrophe waitress – Belle and Sebastian : Parce que la pop aussi c’est la musique de l’été et que les mouvements trop brusques peuvent créer entorse, dancefloor helbow et autres inconvénients, il est de bon ton durant tout l’été de ne bouger que tranquillement. Pop.

Vif du sujet.
Tes états d’âme, Eric – Luna parker : Apprenez à apprécier la décomposition du bit sur le refrain et vous pourrez alors donner de véritables coups de butoir dans le vide avec votre front. Important : levez bien le poing opposé, coude plié, en rythme et sans mollir. Revoir pour exemple des clips de France Gall, dont nous reparlerons plus tard.

I’m just a girl – No doubt : Vous êtes chaud, faites n’importe quoi ! Dans tous les sens. Tout en même temps. Vous ne craignez plus la foulure, il est même plus que temps de vous dépenser puidsu’arrive le temps de la…

…Pause pistoche.
Hurt so bad – Nancy Holloway : bon, je ne vous reparlerai pas de l’immense Nancy et de ses comparses. Il est temps d’abandonner le dancefloor et de piquer une tête bien méritée dans une piscine que vous n’aurez pas manqué d’exiger dans votre lieu de villégiature en écoutant ce suave morceau de bravoure.

Pop fashion – Michel Legrand : Ce qui vous permettra de sortir de ce bon bain en vous trémoussant sur cette tuerie de Monsieur Legrand, venu tout droit de la B.O du film La Piscine. Ça ne s’invente pas.

Le jazz à gogo – France Gall : dans la même ambiance, vous pourrez continuer à sécher autour de la piscine ou vous remettre à flots, sans oublier d’entraîner un ou deux compères dans votre chute.

Binouze.
Day tripper – The black panthers : A ce moment, on peut remonter tranquillement boire un drink sur la terrasse, blaguant des récents événements et savourer en reprenant son souffle cette reprise tout en sensualité easy tempo.

I’m the walrus – The Beatles : En pleine deuxième binouze, on se fera surprendre par cet ovni des beatles qu’on connait trop peu et trop mal et on recommencera gentiment à faire monter la sève et à préparer son corps à la suite.

Moment choral.
California dreaming – The mammas and the papas : Car la suite c’est ça ! Évidemment, la bande de joyeux lurons que vous êtes ne manquera pas de lever les bras et de reprendre en chœur cet incroyable hymne à la moto.

Enfin.
Brazil – Rosemary Clooney, John Pizzarelli et Diana Krall : Enfin, enfin vous pouvez prendre dans vos bras votre joli(e) voisin(e) pour démarrer tranquillement ce Brazil magnifique et sentir l’Amérique (la vraie, celle du sud), monter dans vos deux corps et un frisson les traverser : C’est Rosemary et John qui vous font ça.

Faute. Binouze 2.
Tribute to Miles – Airto Moreira : Je m’explique mal ce morceau à ce moment précis de cette compile… C’est un truc génial que j’ai pioché sur un DVD hommage à Miles et Airto est tout seul avec ses percu et le gars lui demande de faire un tribute. Alors, il fait un truc… de ouf. Il finit avec dix instruments dans les mains. Disons que c’est le moment drague autour d’un verre. Attention, vous allez finir par vous griser…

Et on y retourne !
Simkhes troy – The klezmatics : C’est parti : les genoux en l’air et je veux voir la sueur couler

Envoi.
Notre chère Russie – Nino Ferrer : C’est le moment où jamais d’enlever slip et sous-vêtements et de vous laisser aller dans le plus simple appareil à une farandole de bon aloi sur ce morceau de kermesse de Monsieur Nino «Genius» Ferrer

Poupée be-bop – WC3 : Et puisqu’on en est là, on peut continuer à faire n’importe quoi tout nu sur ce morceau dingo d’un groupe garage 80’s qui nous fait du bien

Et allez hop.
In bloom – Nirvana : C’est l’été on a dit ! Alors, faites remonter votre côté punk, ressortez vos vieux Nirvana et faites bouger vos cheveux comme si vous aviez des jeans troués. Je vous laisse entre bonnes mains, l’enchaînement est aisé et vous pouvez repartir jusqu’au bout de la nuit. N’oubliez pas de boire, juste après, une bière comme si vous aviez des cheveux troués.

Excuse.
Dreams are my reality – Richard Sanderson : et là, je m’excuse. Platement. Je voulais faire un clin d’œil aux slows, été, Boum, Sophie Marceau, été. Ça me paraissait marrant, et puis à bien réécouter… bof. Vous avez donc le droit de choisir entre couper ce morceau bonus-de-trop ou bien jouer à fond la carte de la nostalgie facile-j’aime-Vincent-Delerm et repenser à Sophie Marceau en jupette, ça nous semble être la meilleure chose à faire pour occuper nos après-midis chez Tante Monique qui nous a fait un cake alors quand même on ne va pas partir sans faire un
Scrabble. Dans ce cas, vous pourrez inviter quelqu’un à danser un slow. Au point où vous en serez.

Amusez-vous bien et bon été.