CompilFIGHT au pied du sapin 2008


Compilfighteuses, Compilfighters, vous le savez en ces temps où le ciel est bas et les Galleries Lafayette bien remplies, en ces temps où il ne fait pas bon être une dinde ou un sapin, arrive celle que la BBC nous envie, la plus que traditionnelle, la nécessaire, la familiale : Compilfight de noël au pied du sapin pour groover avec Mémé ou ce qu’il en reste pendant qu’on désosse Bambi.

Une fine sélection préparée par Effixe, JSB, DrManolito, Seb from Bruxel, Matt’naWak, J-Why, Chamayouhou et peut être les autres aussi a un certain moment. C’est donc encore une fois l’occasion rêvée de célébrer l’esprit de noël inventé par Tino Rossi en jouant au Kikamikoi. A gagner, des restes de dinde ou un truc dans le genre.

José feliciano – feliz navidad
j’ai beau être un musicien aveugle né à Porto-rico en 1945, dès qu’on me met une guitare dans les mains je suis pas le dernier pour la déconne. Alors sortez votre sombrero rouge à bande d’hermine blanche, vos maracas qui sonnent jingle bells et vos cervezas au goût de dindes et tout le monde monte sur la table pour LE tube de la noël !!!

Gino Paoli – Senza Fine
J’ai toujours eu un faible pour la chanson italienne. Il y a quelques mois, j’ai même échafaudé un plan machiavélique qui consistait à vous imposer une compil uniquement composée de vieux titres italiens. 17 titres du Festival de San Remo…ça vous dit ? Bon, restons calmes, le projet est abandonné…mais demeurez quand même sur vos gardes. Sait-on jamais que l’idée me reprendrait. Sous le sapin, je dépose donc cette douce chanson nostalgique de Gino Paoli. De l’Italien sur compilfight… une fois n’est pas coutume.

Ennio Morricone – Le casse
Je rentre de vacances aux Seychelles et je me suis pris un sérieux coup de soleil sur le dos, un peu comme un lézard qui aurait oublié de mettre de la crème. En m’asseyant chez mes hôtes pour l’apéro sur un fauteuil au dossier un rien rigide, je tique donc. « Eh bien ami, que t’arrive-t-il ? _ Oh, trois fois rien, c’est mon dos… _ Et bien quoi ton dos ? _ Et bien, y bèle mon dos… » (J’avais également chopé un gros rhume à l’aéroport). Lorsque la maîtresse de maison nous invita à changer de place pour passer à table, je tiquai derechef. « Quel dommage, j’ai pourtant fait un super homard. _ Alors, si c’est du homard, j’arrive. » répliquai-je, en finissant ainsi avec ces jeux de mots de Noël illustratifs et en vous en souhaitant de bonnes.

Duke – Freedom in Africa
Le Duke a fait sa lettre au Père Noël, enveloppée d’un groove afro-beat très mélodique, grosse basse et clavier qui tue, et d’une voix géniale alliant douceur et fermeté militante (un peu comme Besancenot chez Drucker, mais en joli). Pour Noël, le Duke veut la liberté en Afrique. Et le gros rouge a pas intérêt à se planter de cadeau : « kill all whites I say, unless we get…. Freedom in Africa… »

The beatles – Hey Bulldog
On le sait, vous le savez, le monde entier le sait, le monde entier est un petit peu plus triste et déprimé dès que la fin de l’année approche et avec elle ses traditionnelles et déprimantes fêtes du même nom. « Sos détresse amitiés bonjour… ». Les Beatles le savaient qui déjà nous disait que « If you’re lonely you can talk to me ». Joyeux Nouyël ! (Félix)

Shawn Lee and his ping pong Orchesta – Jingle Bells
Bon, ça, c’est fait.

Bumcello – One two three
Franchement j’aime bien cette chanson et cela me semble être une raison suffisante pour la mettre dans une compil. En plus, j’ai l’impression de mettre du rap alors j’aime autant vous dire que ça me rend un peu fier. Et Joyeux Neuwël !

Irène Krall – Going to California
Un morceau léger et futile, « Yes i’m going to california, to stay in New-York you got to be right out of your mind », wahou le message. En même temps, nous pauvres frenchies on s’en fout, on comprend pas tout ce qu’elle dit, on essaie plutôt d’imaginer si le plumage de la belle se rapporte à son ramage, et on remercie Gilles Peterson pour ce petit moment de grace.

Galt Mc Dermot – The Love Ballad
Voir ci-dessus, mais pas merci Peterson, Merci Mc Dermot d’être allé chercher une meuf qui s’appelle Denise Dillapena.

Belle & Sebastian – BBC sessions – The boy with the Arab Strap
Une des grandes retrouvaille de cette année 2008. Vieux con va. QUI A DIT CA ?

Bost & Bim feat Brisa Roché – Jamaican Boy
Parceque quand même c’est LA chanson de l’année, pas moyen de passer a coté et pas non plus moyen de pas en profiter jusqu’au bout. Cette version reggae plait, il manque Kanye, mais elle plait.

Hercule & Love Affair – Blind
Noël ce serait pas l’occasion de danser de tristesse ? Bah voilà, ca c’est fait.

Metal on Metal – no front teeth
Bongnour. Nous gnêtre mugniciens vegnant de vilnius, en gnukraine. On gné jeunes et gnon fé de la house. On gnétait gnau transmusical de gnrennes et gnon avons mis le feu au dangnfloor et gnétait de la grosse balouze. Gnon ngna pas encore sorti d’album gneuleument un vynil de gnotre tubgne, no front teeth (qui gné pas un hommage à votre comédienne décédée chez gnous). Vous pouvez gnallez voir notre clip gnvideo, gnil est tré drôlz
et gnon boêl gné noyeuge gnannée !!!

Jackyl – The_Lumberjack
Pour finir découper le sapin après qu’il a foutu des épines partout et que maman en a eu grave marre.

Tom Waits – Innocent When You Dream (barroom)
La première fois que j’ai entendu Tom Waits, c’était dans ‘’Smoke’’. Le film se terminait sur ce titre. Une révélation ! J’imaginais un vieil homme noir. Cette voix rocailleuse ne pouvait sortir que de la gorge tannée par le whisky et le tabac brun d’un vieux bluesman égaré au petit matin dans une fête foraine. J’avais tout faux.

Henry Salvador – Maladie d’Amour.
Je comprends rien au créole, mais alors rien du tout. Ca m’empeche pas de la connaitre par coeur.

Gonzales – Gogol
Lassé sans doute, fatigué certainement par la vie trépidante qu’il menait depuis fort longtemps, Gonzales ressenti un jour le besoin de faire un break. Il n’aspirait qu’au calme et à l’introspection. Il mit tout le monde dehors, remisa ses instruments analogiques et s’ouvrit une bonne bouteille de vin qu’il posa délicatement sur le tablier immaculé de son piano. Ce piano finit par devenir son plus proche confident. On le vit passer des nuits à son chevet, le pianotant délicatement, lui susurrant de courtes mais somptueuses mélodies. A ces occasions, il n’était pas rare de voir le musicien trinquer avec d’illustres camarades. Certains évoquent Satie, d’autres Debussy. Peu importe. L’album ‘’Piano Solo’’ sorti en 2004 est l’une de mes belles découvertes de l’année 2008 (vous auriez pu m’en parler tout de même). Encore un morceau pour regarder les flocons virevolter dans le vent du nord. Mais où elle est la neige !?

Get Well Soon – Listen ! Those Lost At Sea Sing a Song On Christmas
Day : Konstantin Gropper nous a sorti un EP spécial pour Noël. Et il
est pas avare le gars, son disque de noyël, c’est pas juste un morceau
mal emballé avec en face A la version chantée, et en face B l’instru
pour remplir. Non non, ce sont 7 morceaux tous nouveaux tous beaux,
avec tout plein d’orchestration, des titres longs comme le bras et des
citations d’auteurs en dessous. C’est-ti pas un beau cadeau à faire à
tata paulette ça ?

The Stooges – 1969 : Bonne année ! 40 ans et toujours pas de gras aux
abdos. Tout d’un coup me vient l’image de ce que pourrait faire Iggy
avec une dinde et des huitres, et j’ai envie de vomir.

Henri Guédon – Can’naval Nou : Pas de réveillon sans une bonne
farandole. Et avec ce titre, on s’en prépare une bien longue. Guédon
fait chauffer la percu et Jackie Bernard parsème tout ça de ses nappes
de synthés cosmiques. On a même bonus un beats à la fin pas dégueux du
tout.

Joyeux Bouzin tout le monde. On vous retrouve en 2009 !