Tags

Related Posts

Share This

Une compil dont vous êtes le héros !

Maintes fois reportée, il fallait aujourd’hui que cette compil’ voit le jour. C’était aujourd’hui ou jamais. A l’époque, j’avais trouvé le concept du site plutôt plaisant et sympathique, une idée de clash musical en toute cordialité, ça sonnait original et à expérimenter. Ne serait-ce que pour voir, histoire de s’y essayer… Et puis, malheur à moi, je me suis pris au jeu, en me disant que moi aussi je devais poster ma compil’. Le genre d’obligations qu’on s’auto-inflige, pour notre bien, parce que c’est cool, même si on sait que tôt ou tard, sympa ou pas, il faudra s’y mettre.
Certes, on peut toujours faire machine arrière. Refuser de se lancer, attendre le moment propice. Parfois, il ne vient jamais… et on finit par tourner en rond sur ses regrets. Ce qui est triste, c’est que de reculs en compromissions, on finit par abdiquer. Par renoncer, se résigner. Donc, il n’en était pas question. Fallait-il encore une fois repousser ? D’abord prévue en novembre, puis en décembre, la voici finalement fin février. Comme vous le savez peut-être, les circonstances ont bon dos, bien souvent. Il arrive même qu’on se réfugie derrière elles pour décaler, s’excuser, s’expliquer, etc.  Il faudra tout de même arranger tout ça, après avoir autant hésité, mais cette fois pressé par l’urgence du temps, du délai à tenir, de l’heure fatidique qui avance irrémédiablement. On peut distordre le temps, le faire passer plus vite, le rendre plus intense, croire l’arrêter un instant… mais de ça, le temps, il ne s’en soucie guère. Nos perceptions ne lui importent pas. Lui, il passe et avance, imperturbablement.
Comment enrober ces fragments de sons (pas toujours) mélodiques ? C’est qu’il faut emballer le cadeau, sinon ça fait moins plaisir. Et puis, au lieu de parler, faut le faire, l’écrire. Eh oui, c’est que les impératifs productivistes s’infiltrent jusque dans nos loisirs. Fini le temps des longs moments improductifs passés à rêvasser ! De toute façon, se figurer la vie du haut de son rocher ou de son balcon (c’est selon…), telle une âme en peine ou un poète solitaire désillusionné, les choses… ça ne les fait guère avancer.
Alors voilà j’ai réuni quelques morceaux qui me plaisent. Est-ce qu’ils feront l’unanimité ? Sûrement pas. Néanmoins, cette playlist aura le mérite d’exister et d’être rendue publique. Mettons de côté les superlatifs, voici ma contribution, ma pierre à l’édifice, mon pavé dans la marre.  La sélection se veut diverse et variée, petit rassemblement de quelques morceaux que j’apprécie. Attention, ouvrez grand les oreilles, mettez vous à l’aise, on y va !

Playlist :

1.    Dead Prez – Hip Hop
Forcément, on commence par un hip-hop bien lourd. Et oui, il ne fallait pas louper l’entrée en piste. Dead Prez, c’est du sérieux !

2.    Busta Rhymes – Do My Thing
Justement, on va creuser un peu le sujet, vu qu’on est ici ensemble. Busta Rhymes, y en a qu’un. Et si on l’avait pas mis sur la compil’, ça aurait sonné décalé. Il aurait manqué un truc. Sa pure énergie, par exemple.

3.    Afrika Bambaata – Planet Rock
On touche aux fondamentaux avec Afrika Bambaata, un peu de culture en s’amusant avec la Zulu Nation, fais partie des titres qu’il faut avoir entendu pour prétendre au titre de connaisseur hip-hop.

4.    George Clinton – Hey Good Lookin’ (Booty Enhanced Mix)
Sacré bordel, George Clinton et sa clique. Le tout remixé, avec un petit couplet hip-hop afin de rester dans le vif du sujet.

5.    Charles Wright – Express Yourself
En parlant de disgression, on s’échappe loin du hip hop et de la P-funk délirante de George Clinton avec un titre suffisamment connu et réputé pour faire remonter l’attention de ceux du fond de la salle qui commençait à quitter le navire (si, si, je vous ai vus…).

6.    Fat Freddys Drop – Flashback
Les néo-zélandais de Fat Freddys prennent la relève. Une petite chanson intéressante, ça s’arrête et ça repart, c’est calme et reposant. Un peu de douceur dans ce monde de brutes…

7.    Damian Marley feat. Nas – Road to Zion
Un mega-tune de hip-hop/reggae planétaire globalisé. Why not ? J’ai écouté le dernier Damian Marley, pas trouvé mieux dessus et puis la combinaison avec Nas, ça fonctionne.

8.    Rocé – Besoin d’Oxygène
Commence sur un air de classique, puis le son se développe, agressif, tranchant, rythmée et angoissant, mais ça sonne juste par moments.

9.    Mei Thei Shô – Other Spheres
Qui connaît ? Ce titre est issu du nouvel album, pas encore sorti. Changement de cap pour ce bon groupe, définitivement inclassable, de la scène française, préalablement signé chez Jarring Effects (les lyonnais).

10.    Rokia Traore – Tounka
Oulala, voilà Rokia ! Et quand Rokia est là, ça ne blague pas. J’arrête les rimes à deux sous pour vous demander d’écouter attentivement, ce sera la petite touche world de la compil’, mais ce morceau, pour ma part, je m’en lasse pas. On sent le caractère de la dame, sa capacité d’indignation.

11.    Matthew Herbert – The Audience
Quelque chose de beaucoup plus soft et intellectualisé. Si, si, il en faut aussi. Une chanson agréable, sacrément bien construite, faut suivre les différents mouvements et s’accrocher un peu pour tenir jusqu’au bout, mais c’est quand même plutôt cool.

12.    Lord Creator – Big Bamboo
Un petit ska-calypso sur un rythme chaloupé. Qui a dit cliché ? On ne peut pas faire mieux dans le genre, donc incontestablement Lord Creator mérite toute sa place ici !

13.    Desmond Dekker – 007 Shanty Town
Classique, on a dit classique! Desmond Dekker, là aussi, vous l’avez sûrement déjà entendu, au moins de loin. Très fort et rudement efficace.

14.    Smiley Culture – Police Officer
Hey! Je vous laisserai pas somnoler sur ma compil’. Voici l’anglo-jamaïcain Smiley Culture, qui anime furieusement la danse. Pas de panique, c’est pour s’amuser… ou pas, à voir !

15.    Creation Steppers – Born in Slavery
Parce qu’il fallait que je me permettre au moins un titre reggae dans les normes. Je sais, je sais, le reggae, ça divise. Difficile de garder tout le monde là-dessus, je suis tenté de dire bonne découverte aux esprits ouverts 😉

16.    LKJ – It Noh Funny
Le LKJ dans toute sa puissance, poète militant sur la version.

17.    The Crusaders – Soul Shadows
Allez un petit dernier pour la route, parce que la soul c’est l’essentiel. C’est là que ça commence ou que ça termine, à vous de voir, c’est selon !

Au plaisir.