Déambulons en musique par J-Why Sep07

Tags

Related Posts

Share This

Déambulons en musique par J-Why


1/ Jack Arel : Something Happen ;
Je suis parisien. Je suis hip. Je suis évidemment invité au premier spectacle donné pour l’ouverture de l’Espace Pierre Cardin, à deux pas du rond point des Champs. Une « fête musicale » mêlant théâtre, danse, projections, qui, à mon avis, ne restera pas dans les annales de la danse. Mais la musique me botte et c’est déjà pas mal. Ah au fait, on est au dernier trimestre de 1970.

2/ Michel Legrand : Di-gue-ding-ding :
Je ressors le coeur léger. Envie de chanter avec des onomatopées. Une belle soirée de septembre à Paris, ça me fait toujours ça. Une petite Arvie par là dessus, et c’est le bonheur.

3/ Christophe : Sunny Road to Salina
C’est pas tout ça, mais faut que je prenne la route. Christophe tient le volant, direction Salina. L’ambiance est cool, un peu trop peut-être. Tout cet encens dans la bagnole ça nuit à la visibilité. Et puis je commence à entendre des chœurs de femme chelous, des montées de trompettes… Soudain, une sirène retentit. OK, c’est assez, Christophe, ça sent le drôle de film ton truc. Le Lautner sur le siège arrière, je le sens pas. Arrête-moi là, je descends.

4/ The Delano Orchestra : Until I Die
Je suis verni, il me pose à Clermont, la French Motor City, The Capitale du Rock (and yes, Bordeaux sucks !). Je tombe aussitôt sur le batteur de Delano, tout juste sorti d’une folle nuit en boîte. Il a découvert le beat disco et ne s’en remet pas.

5/ Garciaphone : Tornadoes
Epuisé par tant de folies rythmiques, le batteur s’effondre. Et c’est la boîte à rythme de Garciaphone qui prend le relais. Cet air frais et pop me ramène à Paris, un Saint-Nectaire sous le bras. On est déjà en octobre, et comme tout le monde, je rentre à la maison.

6/ Chicros : New Orleans
Je monte chez Exodisc voir ce qu’il se passe de neuf. Larry me présente un drôle de groupe au nom de biscuits apéritifs. Ils sont en plein trip vaudou, et veulent m’entraîner à New Orleans.
Je dis non, déjà Orléans j’ai donné. Alors New Orleans, ça me dit trop rien. Parait que y a rien que des zombies là-bas. http://www.dailymotion.com/video/x9nyrs_chicros-new-orleans_music

7/ Richard de Bordeaux et Daniel Beretta : La Drogue
Ah… Ouais … Alors c’était ça …. Ouais…. Je comprends…
Bon, mon petit, quand t’auras fini avec la chambre d’écho, tu te casses hein, faut que je pique un somme.

8/ Piero Umiliani : White Sand
Je fais un drôle de rêve érotique, un peu flou et moite comme dans un nanard italien de 1974. Régulièrement, une guitare stridente me vrille les tympans. Ah, en fait, c’est le réveil.

9/ Le Drum Beat : Mother India
Mouef, j’ai pas la Win ce matin. Pas encore aujourd’hui que je vais entreprendre un truc grandiose, genre remonter le Gange à la nage. Je vais plutôt aller à Issy les Moules tiens.
Eh ! Mon pote Ju ! C’est quoi tous ces Indiens chez toi ? Tu tournes un bollywood dans ton salon ? Euh, l’acteur principal, il n’est pas un peu bègue ?

10/ Koudlam : Eagles Of Africa
Dans la ligne 12 du retour, me vient l’envie de grands espaces, de pyramides aztèques, de soleils couchants sur la savane avec des aigles au-dessus… Les grands espaces, soit c’est très beau, soit c’est très chiant. Ca dépend.

11/ Cheveu : Like a deer in the headlight
Je ressors près de la boutique Born Bad (pourquoi la 12 n’irait pas à Bastille, hein, pourquoi ??) et un 4-4 dégueux me fonce pile dessus, pleins phares. Il bifurque au dernier moment, me laissant sauf mais hébété, les yeux rond et les muscles paralysés. Un peu plus et j’en perdais mes cheveux.

12/ TGV : TGV partie 1
Faut que je prenne l’air. Ca tombe bien, on en en octobre 1981 et on inaugure le TGV. Confort, décor, record, c’est épatant. Encore mieux qu’un Trans Europe Express.

13/ Karl Hector & the Malcouns : Mellow (Version)
Tiens d’ailleurs, c’est à Munich que je descends. T’y crois ça ? Karl-Hector m’attend, c’est un sacré poète du rythme celui-là. Vas-y, Karl Hector, joue-le nous moelleux !

14/ Harlem Shuffle : Vigon
Bon, des bavarois qui donnent des leçons de rythme africain, et puis quoi encore … pourquoi pas un Soulman français tant que vous y êtes ??
Ben tiens, justement, j’arrive à temps pour voir Vigon enflammer le Golf Drouot. Eh ouais, Harlem commence au nord du boulevard Bonne Nouvelle. La section cuivre fait ce qu’elle peut avec les moyens du bords, mais c’est le petit côté artisanal qu’on aime bien.

15/ Lokonon Andre & Les Volcans : Mi kple dogbekpo
16/ The Heshoo Beshoo Group : Emakhaya
17/ Hal Singer & Jef Gilson : Liberation
J’en reste là. Je suis de retour dans le 9è, j’y reste. Je vous laisse poursuivre le voyage tout seul, zêtes grands maintenant. Il parait que vous allez passer au Benin, c’est plutôt chouette, et puis ensuite en Afrique du Sud (ne loupez pas le gratteux en fauteuil roulant ; sûr qu’il vaut le coup).
Et quelque chose me dit que ça va se terminer pénard, de retour à Paris, avec un bon vieux spiritual jazz.

 

Chope moi