Dr. Manolito presents Blue Moods Oct19

Tags

Related Posts

Share This

Dr. Manolito presents Blue Moods

Bien le bonsoir (ou bonjour) chers et chères compilophiles.

Voici une petite sélection qui devrait séduire vos tympans connaisseurs et toucher vos âmes sensibles.

01 – Danger Mouse & Sparklhorse (feat. Vic Chesnutt) – Dark night of the soul
02 – The Flaming Lips – I can be a frog
03 – Jason Lytle – Yours truly, the commuter
04 – Ishida Ayumi – Blue light Yokohama
05 – Big Star – September gurls
06 – Bowerbirds – Northern lights
07 – Smog – Too many birds
08 – Peter Doherty – Salome
09 – Turin Brakes – Feeling oblivion
10 – The Joy Formidable – Cradle
11 – Ghinzu – The end of the world
12 – Wilco – I’ll fight
13 – The Kinks – A well respected man
14 – Menahan Street Band – Going the distance
15 – Stuck in the sound – Zapruder
16 – Exposions in the Sky – First breath after coma
17 – The Rolling Stones – Wild Horses

01 – Danger Mouse & Sparklhorse (feat. Vic Chesnutt) – Dark night of the soul

Commençons par bien nous mettre dans l’ambiance, dans une atmosphère nocturne, moite, interlope. C’est ce qu’ont essayé de créer pour nous Danger Mouse (Gnarls Barkley), Mark Linkous (Sparklehorse) auprès de l’inquiétant David Lynch, convoquant pour l’occasion une virée de chanteurs torturés, dont ici l’infirme Vic Chesnutt. Dark night of the soul, projet ambitieux, génial mais finalement non commercialisé pour d’obscures de copyright : à télécharger d’urgence.

02 – The Flaming Lips – I can be a frog

Wayne Coyne, chanteur des Flaming Lips, collabore au projet précédent mais il est ici entouré de la bande de fous dangereux qui lui sert de groupe depuis plus de 20 ans. Extrait de leur tout nouvel album Embryonic.

03 – Jason Lytle – Yours truly, the commuter

Après plusieurs tentatives, Grandaddy a réussi à se suicider l’an dernier, laissant à Jason Lytle plus de liberté artistique et tout loisir de poursuivre la célébration de ses thèmes favoris, de la nostalgie de l’enfance aux odes aux grands paysages.

04 – Ishida Ayumi – Blue light Yokohama

L’émergence de la musique pop en Angleterre dans les années 1962-1963 a bien sûr essaimé aux Etats-Unis (British invasion) et changé à jamais la musique américaine (cf le morceau suivant), mais également atteint des pays plus éloignés (au moins culturellement) pour enfin irradier presque toute la planète. On trouve ainsi des perles popisantes et exquises de fraîcheur en Amérique du Sud ou au Japon comme ce Blue Light Yokohama entendu dans le film Still Walking.

05 – Big Star – September gurls

En seulement deux albums, Big Star a posé les bases de la « power-pop », le duo Alex Chilton et Chris Bell ayant souvent été comparé a Lennon et Macca, avec des grosses guitares en plus. Les fans de Teenage Fanclub apprécieront ce Sepember Gurls, qui a bien inspiré les écossais sur Songs from Northern Britain.

06 – Bowerbirds – Northern lights

Une petite nouveauté : Bowerbirds. Proche de Midlake, ce duo de Caroline du Nord est féru de guitares acoustiques flottantes, presque dissonantes, portant des mélodies merveilleuses de simplicité. En première partie de Damien Jurado au Point Ephémère le 26 octobre.

07 – Smog – Too many birds

Si votre dernière écoute de Smog remonte à une dizaine d’années et aux albums Red Apple Falls ou The Doctor Came at Dawn, quelle ne sera votre surprise de découvrir un Bill Calahan apaisé, presque gai. OK, c’est pas non plus les Black Eyed Peas, mais vu d’où Bill partait, l’effort est énorme.

08 – Peter Doherty – Salome

L’année 2008 n’a pas été super pour Pete. 14 semaines de prison, séjours de désintoxication… Mais finalement, peut-être au bout du compte un Pete redressé, qui a su puiser au fond de lui-même pour composer un douzaine de jolis morceaux (rassemblés sur un album Grace/Wastelands – quel titre quand même ! – remarquablement produit), loin des guitares de Babyshambles et des unes de Tabloids.

09 – Turin Brakes – Feeling oblivion

Un morceau des Turin Brakes, c’est toujours une petite douceur, comme un loukoum (mais moins écœurant), un carré de chocolat (mais moins amer) ou un petit verre de Banyuls.

10 – The Joy Formidable – Cradle

Petite escapade plus bruitiste avec the Joy Formidable, bien nommé quatuor venu du Pays de Galles.

11 – Ghinzu – The end of the world

Il a été de bon goût cette année de qualifier les Belges de Ghinzu de « meilleur groupe de rock du moment », et c’est peut-être bien vrai (je n’ai malheureusement pas réussi à les voir en festival cet été), ou pas… Toujours est-il qu’à sa sortie j’ai bien bloqué sur leur album Mirror Mirror et en particulier sur ce morceau (peut-être pas si bien que ça au final… vous me direz).

12 – Wilco – I’ll fight

Wilco c’est bien et pis c’est tout.

13 – The Kinks – A well respected man

Allez, je me laisse aller à mon petit péché mignon : inclure une petite perle des Kinks dans chaque compile. J’en ai plein en réserve et c’est encore dur ce choisir. Ecoutez bien les paroles de A well respected man, et ça égaiera vos trajets en métro.

14 – Menahan Street Band – Going the distance

La planète s’interroge sur la légitimité de Barack Obama en tant que lauréat du Prix Nobel de la Paix 2009, alors qu’il n’est en charge que depuis 8 mois. La vrai question est plutôt : pourquoi les efforts surhumains d’un homme pour éteindre la Guerre Froide n’ont ils pas été justement récompensés ? Menahan Street Band proteste et revendique le Nobel 1985 pour Rocky Balboa qui plaide l’amour entre les peuples après avoir défoncé Drako au son de Going the distance.

15 – Stuck in the sound – Zapruder

Quatuor parisien révélé en 2004, par le concours des Inrocks CQFD, Stuck in the Sound puise son inspiration dans le rock anglais et la new wave pour aboutir à un son nerveux, noisy et très efficace, notamment en concert.

16 – Explosions in the Sky – First breath after coma

Assez noisy aussi pour les texans d’Explosions in the Sky, mais plus en douceur, en retenue, à la Mogwai. J’adore ce groupe, et surtout leur nom.

17 – The Rolling Stones – Wild Horses

Et pour finir, allez, un bon morceau intemporel, qui vous reste dans la tête et le coeur toute la journée. Merci qui ?

(Pour la photo big up à Jef Aerosol, Lézart de la Bièvre sévissant dans le 13e)

 

Chope moi