Le séga, c’est plus fort que moi Sep08

Tags

Related Posts

Share This

Le séga, c’est plus fort que moi

par Ashveen

Le séga est la forme majeure de musique et de danse caractérisant tout un ensemble d’îles de l’archipel des Mascareignes, là-bas, dans l’Océan Indien – dont l’Ile Maurice, d’où je viens. Le séga fut à l’origine chanté et dansé par les esclaves africains, après leurs travaux quotidiens dans les champs de canne à sucre. Ce fut probablement un creuset important d’une nouvelle identité culturelle commune, pour ces individus arrachés à leurs diverses patries, un creuset également de la langue créole, métissage de structures grammaticales africaines et de vocabulaire essentiellement français.

Le séga mauricien traditionnel se reconnaît à ses trois instruments traditionnels : la maravanne, boîte faite de tiges de canne et contenant des billes métalliques, cailloux ou graines, agité en rythme ; la ravanne, tambour en bois de goyavier, recouvert d’une peau de chèvre tendue ; et le triangle métallique. Au fil du temps, d’autres instruments (guitare, basse, batterie, claviers, tablas…) se sont invités à la fête.

01 – Menwar – Sizann
Dans cette chanson, proche du séga typique originel (tel que chanté par exemple par le « roi du séga » Ti Frère dans les années 1960), un débardeur évoque la dureté du travail, et demande à sa femme (Suzanne) d’arrêter ses remontrances et de l’aider plutôt à réfléchir comment mener ensemble leur vie.

02 – Jocelyn Perreau – Viré Mama
La vie a changé, la fortune des parents est partie, alors on reste assis, malheureux, on ne sait plus quoi faire, et on tourne en rond (viré viré) comme une toupie qui danse. On vire aussi comme les danseuses de séga, qui font voler leurs amples robes en tournant vertigineusement sur elles-mêmes.

03 – Roger Clency – Tora Tora
Le nissa caractérise un état d’excitation corporelle et mentale qui peut être dû à l’alcool, la fumette, la libido ou la musique (ou toute combinaison de ces facteurs). Quand je pense à ta sœur, mon frère, le nissa me prend. Le refrain contient une énigmatique allusion au fait que sous l’eau, sous la mer, il ne faut pas laisser à quelqu’un le temps de chercher des allumettes.

04 – Joss Henri – Cousin cousine
Un jeune homme se rend chez sa tante pour prendre le thé, tombe amoureux de sa belle cousine, et lui demande de le rendre heureux.

05 – Cyril Labonne – Alouda Limonade
J’ai appris une bonne nouvelle, mon oiseau a appris à voler. Oui, c’est un truc sexuel.

06 – Marclaine – Brede Mouroum
Les brèdes sont un terme générique désignant les légumes feuillus (pensez épinards) cuisinés à l’étouffée ou en bouillon. C’est donc un séga sur les brèdes mouroum, légume du pauvre qui donne appétit aux malheureux. Eh oui.

07 – Marie-Josée Clency – Reprend mo mari anglais
Après trois ans et trois mois, un mari rentre de service militaire, prétend ne plus savoir parler créole, et prend ses grands airs. Sa femme demande aux colons Anglais de reprendre son mari, de l’envoyer au Vietnam, qu’ils le transforment en saucisson.

08 – Claudio – Bhai Aboo
Le facétieux et maladroit Bhai Aboo a entraîné son ami dans un kawal (cérémonie musicale d’origine indienne). Les heures passent (2 heures, 3 heures, 4 heures du matin) et Bhai Aboo, malgré ses gaffes, ne veut toujours pas rentrer à la maison.

09 – Ino Makeed – Molmolé
Un séga d’apparence anodine, où le cousin d’Anita nous explique comment il aide cette dernière à faire des faratas (pains indiens) quand il pleut. Je mets la main à la pâte et je pétris… Je lui pétris sa farine.

10 – Jean-Claude Gaspard – Dhobi de classe
Avant les machines à laver, les Mauriciens fortunés faisaient faire leur lessive par des dhobis (blanchisseurs) qui passaient leur journée au bord des rivières à savonner, laver, rincer. Et donc là c’est l’histoire d’un mec qui raconte fièrement qu’il est un dhobi de classe.

11 – Ras Natty Baby – Nouvelle vision
A la fin des années 1980, quelques musiciens inventèrent le seggae, fusion du séga et de rythmes jamaïcains. Ils se mirent à chanter le désir de justice sociale, et de paix entre les races…

12 – Kaya – Racines pé brilé
Parmi eux, Kaya, qui fut incarcéré en 1999 pour avoir fumé un joint lors d’un concert. On le retrouva mort dans sa cellule, le crâne fracassé. Suicide ??? Brutalités policières. De violentes émeutes éclatèrent dans le pays. Mon peuple, tes racines sont en feu.

13 – Cassiya – Rêve nou ancêtres
Quand Petit John frappe sur sa ravanne, les cœurs se déchirent et les larmes viennent aux yeux. On se souvient des ancêtres, et le sang de l’esclavage bouillonne. Olo la é lolo, olo la é lala.

14 – Carino – Alimé difé
Si la montagne du Morne pouvait parler, elle nous raconterait combien de sang a coulé, combien d’esclaves se sont suicidés dans le passé.

15 – Claudio – Ambalaba
Version originale de la chanson reprise par Maxime Le Forestier. Mais pourquoi donc la femme du pêcheur fait-elle cata cata dans la case alors qu’il lui donne tout ce dont elle a besoin (argent, bijoux, chapeaux de paille) ?

16 – Michel Legris – Mo capitaine
Bien malheureuses les femmes dont les maris sont au loin sur les bateaux.

17 – Nitish Joganah – Crapaud crié
Le crapaud annonce la nuit. J’entends frapper à la porte, c’est Papa qui rentre. Comme un éclair Maman se lève, il faut faire vite, le mari a faim. Il n’a pas de patience, le voilà qui crie, Maman tremble, les larmes lui coulent des yeux. Pas le droit de rien dire, faut regarder comme si on était muet, sinon c’est la guerre. Maman dort les yeux ouverts, le cœur battant comme un tamtam. Ma mère est l’esclave de mon père, mon père est l’esclave de son patron. Ma mère est une esclave, l’esclave d’un autre esclave.

Bonus – Les petits chanteurs de la croix de bois – La rivière Tanier
Interprétation chorale d’une berceuse traditionnelle mauricienne. En passant par la rivière Tanier, j’ai croisé une vieille grand-mère. Je lui ai demandé ce qu’elle faisait là, elle m’a dit qu’elle pêchait des chabots. Waï, waï, mes enfants, faut travaille pou’ gagne son pain.

 

Chope moi