Dr. Manolito presents Lullaby of Greenland Nov20

Tags

Related Posts

Share This

Dr. Manolito presents Lullaby of Greenland

En écho avec la dernière compil de Miss Lansky, je vous propose ce Lullaby from Greenland pour vous tenir chaud cet hiver (il arrive tout shuss la semaine prochaine).

01- Mickey Newbury – American trilogy

On commence par une légende oubliée à l’image des Dion ou Richard Harris présents sur mes compils précédentes. Mickey Newbury a roulé sa bosse et pondu un tas d’albums inégaux entre les 60’s et les 70’s. Frisco Mabel Joy est un de ses meilleurs et il commence par ce traditional. 

02 – Bill Calahan – Drover

Quand Monsieur William Rarh Callahan nous apprend de sa voix profonde que « the real people went away »  on sent qu’il va se passer quelque chose. Et là, Bill nous amène avec lui récupérer son bétail dans les plaines immenses, on s’y croirait, 

03 – The Middle East – Months

Très grand disque que ce premier album de The middle East (bizarre ce nom de groupe…), c’est vraiment dur de choisir un morceau. Les plaintes au piano enchainent avec les petites balades (comme ici avec Months) et les excursions instrumentales habitées d’une douleur intense. Vraiment à découvrir. 

04 – Feist – Graveyard

Gros retour de Feist avec un disque profond, mature et très bien produit. 

05 – Jenny & Johnny – Animal

Un des multiples duos à prénoms du moment. Celui-ci regroupe la jolie Jenny Lewis et son chéri qui vocalisent et harmonisent des petites chansons pop ma foi bien agréables. 

06 – Da Brasilians – About you

Encore un nom de groupe bizarre, ici pour un quatuor normand fan d’americana et du folk-rock US de la grande époque (Byrds, Crosby Stills & Nash, the Band). Même si ca fait un peu ersatz, l’illusion est quand même troublante.

07 – St Augustine – Rainy country

Signé par le label auvergnat Kütü (the Delano Orchestra, Cocoon) qui coud toutes les couvertures de ses disques à la main, St Augustine propose des titres folk finement ciselés, avec une pointe de French touch et une grande franchise dans les textes. 

08 – The Head and the Heart – Down in the valley

Album assez inégal mais un gros titre avec ce Down in the valley et une superbe montée. 

09 – Decemberists – Calamity song

Ca sonne comme de la country mais ce n’en est pas tout à fait quand même, surtout au niveau des textes carrément psyché, et avec une bonne touche REM. Mais ca le fait bien quand même en cas d’envie irrépressible de se faire un squaredance endiablé.

10 – Radar Bros – Horses warriors

Enième album quasi indentique pour Radar Bros mais je suis fan. Comme d’habitude, disque très homogène avec quelques morceaux supérieurs comme ce Horses warriors.

11 – Destroyer – Chinatown

Destroyer nous ramène 30 ans en arrière avec des sons feutrés et une pop où tout coule, à contrepied de la tendance actuelle plus branchée rock et guitares saturées (qui trouve ses origines avant ou après la période inspirant Dan Bejar et ses acolytes). Des chansons bien propres et une belle production, mais ici ce n’est pas du tout péjoratif.

12 – Deerhunter – Memory boy

Superbe album pour Deerhunter, avec une large palette musicale et du talent pour aller loin. J’aime bien les guitares (entre Teenage Fanclub et My Bloody Valentine) et le coté très pop, beatlesien, de Memory boy.

13 – The Pains of Being Pure at Heart – Belong

Retour des petits new-yorkais pour leur 2e album après un premier opus clairement inspiré du son new-wave. On reste dans la même veine, avec un peu plus de puissance. Toujours ce chouette contraste entre des voix voilées et les grosses guitares. 

14 – Wu Lyf – Concrete gold

Un des phénomènes musicaux de l’année, le groupe mancunien Wu Lyf a un son unique mêlant une voix brisée à la Joe Strummer (en pire) et une guitare cristalline rappelant Television ou Wilco.

15 – Slave Ambient – Brothers

Le premier album de Slave Ambient s’intitule « The war on drugs » et je suis pas sûr que les drogues aient pas gagné. Bien planant donc, comme sur Brothers.

16 – The Kills – Satellite

Toujours un son incroyable qui sent la sueur et le sexe. 

17 – Black Lips – Family tree

Autres inspirés des Clash, les Black Lips balancent les titres de 2 min avec un gros son garage/punk super efficace.

 

Chope moi