Contact, by Ashveen Déc12

Tags

Related Posts

Share This

Contact, by Ashveen

01. kangding ray – a protest song
“C’est la déprime, docteur. Je reviens d’une manif contre un convoi nucléaire. Tout me dégoûte, je n’ai même plus de voix, plus de souffle, plus de pouls. Plus l’énergie de me battre pour ce que je crois. Et ma copine vient de me plaquer. Elle trouve que je ne prends pas assez d’initiatives.”

02. ametsub – lichen with piano
“Tout se détraque dans ma tête, des bribes par ci, par là. Vous connaissez ce terme, glitch ? C’est comme ça que je me sens, tout glitchy. C’est pas pour dire, c’est intéressant parfois, le genre de courts-circuits que ça provoque. Mais j’ai peur que ça finisse par griller dedans.”

03. kelley polar – chrysanthemum
“J’en arrive parfois à souhaiter la fin du monde, qu’on en finisse, que tout cela pète, dans une belle apocalypse nucléaire. L’idée me rendrait heureux, presque. Deux atomes s’embrassent, et adieu la planète. On serait fixés, au moins.”

04. brigitte bardot – contact
“Et pas même Barbarella pour nous sauver. Elle a d’autres chats à fouetter, Barbarella, d’autres combats à mener. D’ailleurs, est-ce qu’on en vaut encore la peine ? Est-ce qu’elle n’en a pas marre de nous, Barbarella ?”

05. lucien juanico et sa trompette – pictures of oceania
“Je pense souvent à mes parents ces derniers temps, à la vie qu’ils ont eue. A cette insouciance faite de plaisirs, de liberté, ce côté un peu débridé tout de même, vous devez être d’accord. Pas cette peur toujours, du lendemain, et des conséquences. Non ?”

06. CCPP – joris of lumina
“Oui, j’idéalise peut-être un peu, je sais bien. Mais il faut s’accrocher aux souvenirs dorés d’un passé plus simple, moins mélancolique, sinon on ne s’en sort pas. Et moi, je l’imagine comme ça, le passé, une joie lumineuse, rythmée, posée sur tous les instants.”

(interlude) vladimir cosma – les strates du temps
“Parce que nous, on a eu quoi comme enfance ? Grandir avec Les Mondes engloutis, un univers souterrain d’où le soleil a disparu, peuplé de monstres et de pirates débiles, où les seuls référents parentaux sont une androïde et un esclave en fuite… Ca laisse des traces non, vous ne croyez pas ?”

07. jack arel + pierre dutour – the man from nowhere
“Oui, oui, ça m’arrive de plus en plus souvent ces sautes d’humeur. Quand ça a commencé ? Je ne sais pas, mais ça s’est accentué ces derniers temps, je dirais. L’impression toujours d’être dans un polar, si vous voyez ce que je veux dire. D’être traqué par un gangster, venu de nulle part, et qui veut me faire la peau.”

08. biosphere – genkai-1
“Je crois que l’élément déclencheur, ça a été la catastrophe de Fukushima. Enfin, ça n’a fait qu’empirer les choses chez moi. Depuis, j’ai toujours des images de ravages nucléaires qui me trottent dans le ciboulot.”

09. autechre – lanx 3
Le docteur m’a diagnostiqué un trouble bipolaire. Il m’a mis sous lithium, ça m’a bien détraqué les neurones.

10. stephan eicher – miniminiminiminijupe
J’ai eu droit aussi à quelques séances d’électrothérapie convulsive. C’est fou ce qu’un peu d’électricité dans la tête peut provoquer.

11. the sight below – at first touch
Après ça, j’étais comme enveloppé dans un immense cocon d’ouate. J’étais dans les airs glacés, je survolais la fonte des calottes glaciaires. J’avais perdu la notion du temps.

12. bvdub – no one will ever find you here
J’étais dans un refuge inaccessible, loin, loin dedans. Personne, plus personne ne pouvait m’atteindre, et rien n’avait d’importance. J’étais bercé par des voix douces.

13. nav katze – change
Ca a mis le temps, mais j’ai fini par réémerger. Le monde avait repris je suppose une certaine beauté à mes yeux, un certain intérêt. Mais quand on me parlait, c’était comme dans une langue étrangère. Des messages, des messages, mais difficile d’en comprendre la signification.

14. zero 7 – sommersault
Maintenant, c’est comme après la fièvre, tout baigne dans une lumière douce et assourdissante, ça ressemble aux souvenirs d’enfance mal compris.

15. anna domino – land of my dreams
Mes amis me disent de recommencer à zéro. Oublier mes rêves et souhaits délétères. Ne pas ressasser les mêmes rengaines, pleurer après les mêmes peines de coeur, le même amour perdu. C’est décidé, il faut que je quitte cet endroit.

16. underworld – trim
J’ai toujours voulu connaître les States. Un patelin où s’asseoir, écouter de la musique country et boire du rhum fort, en regardant le soleil se coucher.

17. willis alan ramsey – northeast texas women
J’irai dans un coin comme le Texas. Il paraît que les femmes y sont pas farouches, et la vie plus simple. Comme avant.

 

Chope moi