Tags

Related Posts

Share This

COMPILASEB 22 > Deambulation nocturne

Pour meubler vos nuits froides d’insomnie ou vous accompagner dans quelques déambulations nocturnes à travers la ville. La nuit nous appartient.

1. Archie Shepp – Prayer
2. Barry Adamson – The Vibes Ain’t Nothin But The Vibes
3. Barney Wilen – La Vie n’est qu’une Lutte
4. John Barry – Fun City
5. Miles Davis – Le Petit Bal
6. Bohren & Der Club Of Gore – Prowler
7. The Cinematic Orchestra – And Relax
8. Philippe Sarde – Paris, Cinq Heures du Matin
9. John Zorn – I Want To Live
10. Iggy Pop – I Felt The Luxury
11. Gerry Mulligan – Night Lights
12. Ray Charles – Lonely Avenue
13. Quincy Jones – The Whipping Boy
14. Roy Nathanson – Jazz Night At Keaton’s
15. Tom Waits – Emotional Weather Report
16. Herbie Hancock – Maiden Voyage
17. Charlie Parker – In The Still Of The Night

1.Archie Shepp – Prayer
Après Attica Blues sorti en 1972, Archie Shepp remet ça et enregistre The Cry Of My People. Même formule ou presque, mélangeant grand orchestre de chambre et petite formation Jazz le tout saupoudré d’une pointe d’électricité, et même plaisir des sens.

2. Barry Adamson – The Vibes Ain’t Nothin But The Vibes
Ce titre exhale des senteurs d’acajou, de whisky tourbé et une tenace odeur de cigare…certainement un poil de mélancolie également.

3. Barney Wilen – La Vie n’est qu’une Lutte
Ce cher Barney n’est pas loin de la vérité…la vie n’est finalement qu’une longue lutte. Morceau tiré de la BO d’Un Témoin Dans La Ville d’Edouard Molinaro (1959).

4. John Barry – Fun City
Expérimenté lors d’une marche nocturne dans les rues de Rome le casque vissé sur la tête…un pur bonheur ! Et transposable dans n’importe quelle ville de grande ou moyenne importance. A vous de jouer.

5. Miles Davis – Le Petit Bal
Ascenseur Pour l’Échafaud…un peu facile me direz-vous. Et pourtant, la séquence où Jeanne Moreau traîne seule sur les boulevards parisiens la trompette de Miles Davis en bandoulière restera à jamais l’une des plus belle scène de déambulation nocturne du cinéma.

6. Bohren & Der Club Of Gore – Prowler
Ce doom-ridden Jazz est un peu flippant, le nom du groupe ne l’est pas moins. Voilà des gars dont l’adolescence a dû être bercée par le thème de Laura Palmer. On est en effet jamais loin du malaise suscité par la musique de Badalamenti.

7. The Cinematic Orchestra – And Relax
Pour nous remettre de toute cette noirceur, offrons-nous un break à l’ombre du Cinematic Orchestra. Un court répit avant de replonger.

8. Philippe Sarde – Paris, Cinq Heures du Matin
Jamais vu le film Mort d’un Pourri mais la BO associant Philippe Sarde, Stan Getz et le London Symphonie Orchestra, excusé du peu, est un must have. L’album a été réédité dans la collection Écouter le Cinéma.

9. John Zorn – I Want To Live
Tiré de la BO d’un obscur film noir américain du même nom datant de la fin des années 50 et originellement interprété par la fine fleur du Jazz West Coast, Gerry Mulligan & Co.

10. Iggy Pop – I Felt The Luxury
Quand Iggy remise les guitares et s’adjoint les services du Medeski Martin & Wood comme backing band, rien à dire, c’est la classe internationale. Putain la voix…j’ai la même certains jours avant le petit déj.

11. Gerry Mulligan – Night Lights
Night Lights de Gerry Mulligan, de loin l’un des plus bels albums de Jazz pour nuit de solitude.

12. Ray Charles – Lonely Avenue
Pour ceux qui sont au bout du rouleau, sachez que vous n’êtes pas seuls. Mister Ray est passé par là également (ça date, il est vrai). Tout finit par s’arranger, ce n’est qu’une passe aussi sombre soit-elle.

13. Quincy Jones – The Whipping Boy
Ici, l’ambiance se fait moins urbaine. Ça sentirait même plutôt le bayou mais l’atmosphère est là et bien là. Tiré de la BO d’In the Heat Of the Night (1967).

14. Roy Nathanson – Jazz Night At Keaton’s
Le Keaton’s bar est un café de quartier, un café d’habitués où voi
sins et amateurs de
bons sons se retrouvent le soir venu autour d’un verre pour écouter du Jazz et du Blues. Ce soir, c’est soirée Jazz.

15. Tom Waits – Emotional Weather Report
On change de quartier. L’Upper West Side a laissé place au Village. Ici, ça sentirait plutôt le bourbon, la clope roulée…à moins que ce ne soit le pétard.

16. Herbie Hancock – Maiden Voyage
Si je venais à réaliser un film (deuxième – cfr. Compilaseb 21), je voudrais que ce titre apparaisse également au générique. Ce serait un plan large sur une ville aux artères vides au petit matin. Reste bien sûr à plancher sur le scénario.

17. Charlie Parker – In The Still Of The Night
Peut-être vous ai-je plombé le moral avec ces dix-sept titres parfois sombres il faut l’avouer. Ne pouvant décemment pas vous abandonner dans un tel dénuement, voici pour vous requinquer. Si ça ne suffit pas, plongez-vous vite dans l’une des nombreuses compiles festives que compte ce formidable site.

 

Chope moi