Ghetto: Misfortune’s Wealth Nov27

Tags

Related Posts

Share This

Ghetto: Misfortune’s Wealth

by Miss Lansky
parce que la victoire a toujours meilleur gout pour le palais de l’outsider,
parce que la cuiller en argent finit toujours par noircir
parce que les sommets ne seraient rien sans les canyons
voici 17 histoires de joueurs qui démarrent avec les mauvaises cartes…

donny hathaway – little ghetto boy
donny the voice, si on decouvrait un jour que ce type a fait un truc de travers dans sa vie, personne n’y croirait… extrait de la bande son de « come back charleston blue » (une histoire farfelue d’escroc noir travesti notamment en bonne soeur, du whoopi montagne d’or avant l’heure); donny est tellement humble que la pochette annonce supervised by quincy jones, mais quincy a toujours dit qu’il n’avait rien fait du tout sauf peut etre avoir repondu brievement a une question existentielle du style « quincy tu mettrais quoi là? un fa# ou un sol bémol? »

stimela – soweto save the children
stimela c’est le genre de groupe inconnu qu’on choppe dans un bac à soldes parce que la pochette est sympa, cela dit a l’interieur ca dit que ray phiri est le berry gordy sud africain et qu’il a quand meme fait une tournée avec paul simon, respect Ray!

the boris gardiner happening – ghetto funk
l’orgue hammond b-3 colle au ghetto comme beans on rice.

tony clarke – ghetto man
du nitty gritty funk comme on continuera encore à en découvrir en 3024, plus les diggers creusent et plus ca remonte a la surface la qualité est parfois inégale mais je trouve que tony s’en sort  bien.

phi life cypher and dj vadim – ghetto rebels
Vadim s’est récemment tiré d’une bien mauvaise passe et même si je suis bien contente qu’il ait terrassé une bonne grosse maladie voila un bail que je n’ai pas acheté une de ses galettes ninja tune, shame on me! Celle ci remonte a 2002.

harlem river drive – harlem river drive theme
harlem river drive c’est la route qui contourne harlem et east harlem respectivement habitats afro et hispaniques. En 1970 eddie palmieri se dit que ce serait vachement bien de monter un group moit/moit latin vibe/black r&b, moi je dis qu’il a eu une sacrée bonne idée.

candi staton – in the ghetto
c’est le moment lacrimal les amis, un bon harmonica ne devrait jamais se trouver trop loin d’un mouchoir. Merci a honest jons records d’avoir relancé la carrière de ms staton, le pays de candi c’est fame records et fame records c’est muscle shoals studios, celui qui trouve un truc mauvais enregistré avec cette équipe là gagne le droit de faire 3 compils d’affilée.

the 24 carat black – ghetto: misfortune’s wealth
un super groupe pour un super concept album qui prête son nom a la compil. Serieusement si vous n’avez pas de 24 carat black sur l’etagère il vous manque un bout de stax et pas le moins indispensable. merci a numergroup qui a recemment depoussiéré quelques joyaux de leur couronne.

phil upchurch and tennyson stephens – south side morning
acheté chez paris jazz corner au dessus des arenes de lutèce a cause de l’afro de Phil Upchurch, bonne pioche. Je pense que ce matin la le jour se lève sur le quartier leplus « rough » de chicago mais je peux me tromper, faudrait demandera Bob james c’est sa compo.

common feat.macy gray – geto heaven
plein de bons morceaux sur « like water for chocolate » mais celui ci tappait l’incruste dans ta tête des la premiere ecoute je trouve.

busta rhymes feat. rick james – in the ghetto
never mind who you thought i was I’m rick james bitch! honnetement ce morceau devrait titrer rick james featuring busta rhymes tant il est difficile de voler la vedette au roi du punk funk…mais le flow du Busta est impeccable alors 1 partout balle au centre.

ghetto blaster – na waya
de l’afrobeat produit a Paris en 1985, merci manu boubli pour tes selections afro rythms sur comet records, celle-ci figure sur « ouelele ».

sons of slum – 16 miles of plastic ghetto
du meme acabit que tony clarke plus haut, raw and unstoppable.

dizzee rascal feat vanya – get by
un bon petit ghetto européen euh pardon uk, faut qu’on commence a s’habituer a ne plus les compter parmi nous. comme ca on pourra pas m’accuser d’avoir uniquement privilégier l’experience afro americaine ni d’avoir trouvé les morceaux en googlant ghetto sur youtube.

bobby hutcherson – ghetto lights
alors c’est pas mieux que de vous avoir claqué un truc bateau genre woman of the ghetto marlena shaw ça? Du jazz qui parle de ghetto, c’est pas bon ça? bobby hutcherson est dans mon pantheon blue note et la compo est d’andrew hill, le plus injustement méconnu des pianistes de génie.

me’shell ndegeocello – step into the projects
ah me’shell! deja sur plantation lullabies on savait que tu irais loin cette fille m’epate que voulez vous, deja percer comme bassiste quand on a pas de zizi c’est pas commun mais etre aussi créative sans jamais verser dans la compromission c’est carrément rare.

us3 – the darkside
1993:l’enorme sample « steppin into tomorrow » de donald byrd produit par les freres mizell. Je ne mentirai pas, c’est grace a US3 et leur « hand on the torch » que je suis partie en mission a la mediatheque écouter tous les morceaux qu’ils avaient echantillonés, ça a pas trop mal vieilli et ils ont donné un sacré coup de fouet au catalogue de la note bleue.

 

Chope moi