Tags

Related Posts

Share This

You are what you listen to

Si on est ce qu’on écoute, il est juste de prêter un peu d’attention à nos sources d’approvisionnement. D’où vient notre musique ? De la radio (et du marketing qui l’assaille), des discussions avec nos amis, des critiques, de nos friends Facebook et Twitter, des algoritmes d’Amazon et de Spotify ? Est-ce qu’après 30 ans, on lâche doucement l’affaire, et on se contente de ses goûts établis et du tout venant ? On peut consulter les travaux de brillants chercheurs sur le sujet. Mais il convient aussi, pour une bonne hygiène de vie, de s’accorder de temps à autre un petit moment d’introspection, et d’auditer la qualité de notre éventail ordinaire de recommandation musicale.

1 – Noiserv – The Sad Story of a Little Town
2 – Danielle Ate The Sandwich – Faith in a Man

Avec l’âge, les réticences idéologico-musicales envers la musique de trentenaires blancs nantis et dépressifs (ô nemesis) s’amenuisent. Un jour, j’ai donc tapé “indie folk” dans le moteur de recherche de Spotify. Parmi les millions de listes que m’a renvoyées la page de résultat, blindées de Fleet Foxes et d’Angus et Julia Stone, une sortait du lot : 50 titres pointus mais pas chiants, régulièrement actualisés. J’en ai pioché plusieurs, dont cette très jolie confiance dans l’homme.

3 – The Lost Fingers – Pump up the Jam

Depuis des années, j’écoute les podcasts de Paris DJ ; pour courir notamment. Mes préférés, ce sont les “Who is molesting Laura ?” (jamais compris le titre), constitués uniquement de reprises. Même quand c’est dur, que je souffle comme un boeuf, un jour de gueule de bois ou pendant une séance de fractionnés, ça m’arrache toujours un sourire, qui fait pâlir d’envie mes congénères coureurs qui soufflent sans joie. Pump up the Jam.

4 – Blu and Exile – Ease Your Mind
5 – Murs and Fashawn – Yellow Tape

Blu et Fashawn, je les kiffe, je les suis sur Twitter, sur Facebook, je tape leur nom sur Spotify régulièrement, lit leur critiques dans Vibrations, aucun moyen que je rate leur nouveaux albums.

6 – Goodie Mob – Thought Process

Celui-là je sais pas trop comment il est arrivé là. Sans doute que j’ai lu un truc sur eux, où j’ai vu leur nom sur un site de concerts, ou que je lisais une interview de Cee-lo, qui m’a donné envie de les ré-écouter. Ca vieillit bien.

7 – Kid Koala – 5 bit Blues

Chroniqué dans Vibrations, poussé dans mes recommandations Amazon, de toutes façons on écoute toujours un nouvel album de Kid Koala.

8 – Tom Jones – Just Dropped In

Je pense qu’il y a quelque part un producteur qui a beaucoup écouté les albums de Johnny Cash produits par Rick Rubin, et qui est dégoûté de pas avoir eu l’idée lui-même. Du coup il s’est demandé, “avec qui d’autre je pourrais appliquer la recette : chanteur vieillissant has been / album de reprises / voix grave / orchestration solennelle “ ? Bon il a trouvé Tom Jones. Dans l’ensemble c’est moins bien, mais Tom assure à mort sur le “what condition my condition is”. Entendu sur un podcast “who is molesting Laura” bien sûr ; sinon je ne pense pas que je serais allé écouter le dernier album de Tom Jones.

9 – The Hues Corporation – There He is Again

Quand t’es dans un magasin de disques, et que tu tombes sur un album de “Blacula – Music from The Original Soundtrack – Deadlier than Dracula”, tu le prends, point. En plus, c’est bien.

10 – Cody Chesnutt – Under The Spell of the Handout

Annoncé, puis en couve de Vibrations. Mon album préféré de 2012. Vu en concert en mars : de la vraie soul, au sens original du terme. Je me suis même fait dédicacer le vinyle, comme un groupie.

11 – DJ Oil feat. Gift of Gab – Rock Hit

Publié sur Facebook par TomDaCat, chroniqué dans Vibrations, écouté les yeux fermé, très beau mix du marseillais.

12 – Logic feat. Last Resort – Never That

Depuis presque 10 ans, j’écoute une web radio qui s’est appeléé Boobmastic, puis Etherbeat, puis Rootdown.fm. Quand t’as pas d’autre idée, c’est la garantie d’une programmation irréprochable. Et, de temps à autre, une découverte qui tape, comme ce morceau de Logic. Egalement aperçu sur lehiphopsurecoute.com.

13 – Guilty Simpson, Appolo Brown, Planet Asia – Nasty

Annoncé sur les blogs de hip-hop, même un peu chroniqué dans la presse musicale, l’abum du super-groupe de hip-hop de Detroit, Dice Game, est pas mal.

14 – Kendrick Lamar – Good Kid

Le blockbuster parfait, encensé tant par Pitchfork et Rolling Stone que par allhiphop.com, par les inrocks que par Vibrations et lehiphopsurecoute, sur Nova comme sur Generation 88.2. Impossible de savoir où t’en as entendu parler en premier, c’est le principe du hit.

15 – Pigpen Theatre Co. – Crow
16 – The Volontary Butler Scheme – Until My Watch Runs Out Of Battery
17 – Good Old War – That’s Some Dream

Et pour finir, encore trois jolies choses empruntées au mystérieux “Kristof de Beuf”, auteur la playlist Spotify “New Indie Folk – Current 50”.

Au fond, notre flux de son est alimenté par des canaux construits et entretenus au cours des années : nos habitudes d’écoute de radio, de lecture de blog et de journaux, les amis auxquels on fait confiance, les personnages online qui ont attiré notre attention à un moment, les algorithmes qui nous ont satisfait à l’occasion. Ces canaux nous amènent ce qui est bon pour nous, et nous préservent du flot incontrôlé des hits (et des Black Eyed Peas).

Certains canaux tombent en désuétude, faute d’entretien ; d’autres sont constamment renforcés. Régulièrement (ou pas), nous lançons un audit, suivi d’un programme de travaux : on supprime quelques flux rss, on cherche des nouveaux blogs, on balaye à nouveau des listes de podcasts et de webradios, on rachète les inrocks pour voir, on reparcourt la bande FM. Au prix de cette modeste hygiène de vie, nous resterons en bonne santé musicale jusqu’à 100 ans.

 

Chope moi