Tags

Related Posts

Share This

Dr. Manolito presents Direct Out

 

Chope moi

01 – Angus and Julia Stone – The beast
02 – Bonnie ‘Prince’ Billy – Troublesome houses
03 – Sufjan Stevens – All delighted people (classic rock version)
04 – Teenage Fanclub – When I still have thee
05 – Avi Buffalo – What’s in it for ?
06 – John Grant – TC and honeybear
07 – Tame Impala – It is not meant to be
08 – Supergrass – In it for the money
09 – LCD Soundsystem – Drunk girls
10 – MGMT – Song for Dan Treacy
11 – October Country – My girlfriend is a witch
12 – Lightspeed Champion – I don’t want to wake up alone
13 – The National – Bloodbuzz Ohio
14 – Windsor for the Derby – Autumn song
15 – Best Coast – The end
16 – Arcade Fire – Empty room
17 – The Mamas and Papas – Look through my window

Hello à tous. Malgré les derniers soubresauts d’un été indien inespéré, ne vous méprenez pas, chers compilophiles, l’automne arrive. Et c’est là que j’interviens pour vous aider à préparer vos longues soirées dans des cabanes au fin fond du Canada ou vos plans lovage vin rouge / galipettes sur la peau de vache Ikea. Voici donc une compil en bois de chêne à 80%, mais avec quand même quelques bouts de plastique et de métal, dedans.

01 – Angus and Julia Stone – The beast

Angus et Julia sont frère et soeur et viennent du Sud de l’Australie, près de Sydney. Ils ont récemment sorti leur second album, contenant le single Big jet plane que vous avez sûrement déjà entendu à la radio. Ici, on se délecte du titre ouvrant leur premier album (A book like this) paru en 2007, qui illustre bien leur style mêlant soft-pop, folk minimaliste et mélodies entêtantes

02 – Bonnie ‘Prince’ Billy – Troublesome houses

Monsieur Billy est de retour avec un album assez austère mais comme toujours empreint d’une inexplicable magie. Le disque commence avec l’immense Troublesome houses qui réussit en 5 minutes à raconter une histoire crue et sombre comme un roman de Faulkner.

03 – Sufjan Stevens – All delighted people (classic rock version)

Monsieur Stevens est de retour lui aussi, avec un disque pas forcément facile au premier abord (le premier titre All delighted people dure plus de 11 minutes) pour qui était habitué aux courtes ballades entrecoupées d’envolées psycho-lyriques de Illinoise. Mais une fois ce fin vernis épousseté le songwriting de notre boy-scout préféré luit de mille feux, comme aux meilleurs moments. On s’écoute la version « classic rock » de All delighted people, gros clin d’oeil à Simon & Garfunkel,

04 – Teenage Fanclub – When I still have thee

Dans ma dernière compil, je vous avais collé un classique de Teenage Fanclub issu de leur mythique Bandwagonesque. Les écossais ont sorti un nouvel album cette année, toujours fidèles à leurs riffs carillonnants et leurs harmonies inspirées des Byrds et de Big Star mais tout de même en-deçà de leur niveau passé. En concert bientôt au Point Ephémère où je serai avec M. Mayou.

05 – Avi Buffalo – What’s in it for ?

Petite sucrerie californienne de l’été, le jeune Buffalo, Avi de son prénom (quand même un nom taillé pour faire carrière dans la musique folk !) nous a ravi les oreilles avec des chansons légères comme l’air et fleurant bon l’innocence. Mais on sent derrière tout ça un vrai talent qu’on a hâte de voir confirmer ; à vérifier en vidéo ici

06 – John Grant – TC and honeybear

Lorsqu’on écoute l’album de John Grant, on croirait à s’y méprendre avoir découvert une perle soft-rock oubliée du début des 70’s comme il en a des dizaines, et on se surprendrait, nostalgique, à arguer que la production de l’époque savait vraiment mettre en valeur les artistes atypiques, dotés d’une voix étrange comme John Grant. Mais en fait, pas du tout, John Grant a commencé sa carrière il y a dix ans à peine et est un collaborateur régulier de Midlake. En concert au Festival des Inrocks, pour apprécier l’illusion en chair et en os.

07 – Tame Impala – It is not meant to be

Encore des australiens, dans un registre différent de la family Stone présentée précédemment, plus psyché et rappelant vaguement the Olivia Tremor Control, voire les Beatles (Tomorrow never knows, of course). Ce titre ouvre leur premier album avec un riff de basse qui vous reste collé comme un vieux sparadrap.

08 – Supergrass – In it for the money

Depuis de longs mois déjà, j’ai entrepris de passer tous mes CDs en MP3, et là, j’en suis à la lettre S. Occasion de réécouter ce morceau jouissif de Supergrass provenant de leur deuxième album, le fort sous-estimé In it for the money. C’est qu’ils avaient la pression les petits gars après le triomphe de leur premier disque I should coco, paru durant le tsunami brit pop des années 90. En prenant le public et la critique à contre-pied, In it for the money n’est pas bourré ras la gueule de tubes de 2 minutes « à fond à fond à fond », mais explore une palette musicale très large, passant des hymnes soutenus par moult cuivres aux ambiances moelleuses. Fort sous-estimé, on vous dit.

09 – LCD Soundsystem – Drunk girls

Encore un morceau jouissif, notamment au niveau des paroles par les fadas de LCD Soundsystem.

10 – MGMT – Song for Dan Treacy

On attendait MGMT au tournant, et un peu comme Supergrass pour leur deuxième album, ils nous ont pris à contre-pied, et c’est tant mieux. Personnellement, je crois que je n’aurais pas supporté une copie conforme de Oracular spectacular et que j’aurais définitivement classé MGMT dans la catégories des pénibles chanteurs pour ados. Mais là, force est de constater un effort très intéressant au niveau des compositions, avec des grilles d’accords tordues, instables mais qui retombent toujours sur leurs pieds. Inspiration clairement 60’s, et peut-être un léger excès de synthés sur la longueur, mais bon.

11 – October Country – My girlfriend is a witch

Un extrait issu de ma mine sunshine pop auquel m’a fait pensé le morceau précédent. Qu’en pensez vous ?

12 – Lightspeed Champion – I don’t want to wake up alone

Dans la lignée de crooners contemporains comme Neil Hannon (Divine Comedy) ou Rufus Wainwright, Devonte Hynes aka Lighspeed Champion est très bon sur les morceaux chamber-pop comme celui-ci, mais il est aussi capable de ballades plus épurées, rappelant parfois Jeff Buckley, ou de morceaux rock influencés par Sebadoh. Un joli petit mélange d’influence sur cet album Life is sweet, nice to meet you,

13 – The National – Bloodbuzz Ohio

Evoquant Stuart Staples des Tindersticks chantant avec Arcade Fire, ce titre puissant est la pierre angulaire du dernier album de The National.

14 – Windsor for the Derby – Autumn song

Huitième album pour les américains Windsor for the derby, qui naviguent entre post-rock et pop atmosphérique, comme sur le lancinant Autumn song.

15 – Best Coast – The end

Nouveaux venus californiens, Best coast joue des titres doo-wop ou garage digne des Shangri-Las ou des Ronettes avec un son noisy et presque sale (à la Hole avec moins de disto). Mélange incongru mais efficace, bien servi par l’attitude nonchalante d’une chanteuse répondant au nom également incongru de Bethany Cosentino.

16 – Arcade Fire – Empty room

Gros retour pour Arcade Fire qui ne déçoit pas ses fans sur son dernier album The suburbs, où s’enchaînent hymnes triomphants à la Funeral et titres plus sombres rappelant Neon bible, mais sans en atteindre la noirceur. Difficile de sélectionner un titre, mais j’aime bien celui-ci.

17 – The Mamas and Papas – Look through my window

Et comme l’été se prolonge encore un peu dirait-on, on se finit en beauté avec un titre emblématique de la Californie éternelle et de ses ménestrels les Mamas and Papas.

 

Chope moi